Un cheval confortable sur ses pieds

Un cheval confortable sur ses pieds

Tout le poids du cheval repose sur la pointe de ses pieds et chacun d’eux ne possède qu’un seul doigt. Il devient alors primordial que la structure des sabots soit saine et forte. 

De plus, 60 à 65 % du poids du cheval est supporté par les membres et les sabots antérieurs. Il ne faut donc pas se surprendre que l’incidence des problèmes de sabots et de boiteries soit plus élevée sur le devant du cheval.

Il s’avère alors essentiel de miser sur des sabots de qualité : forts et résistants!

Votre cheval a de la difficulté à avoir des sabots sains, sans fissure ni craquement,  offrez lui Equiforme

Voici une comparaison des pieds de différentes espèces :    

Source: Veterinary anatomy of domestic mammals; Textbook and colour atlas, 6e édition de Konig et Liebich. Éditions Schattauer, 2014.

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Soyez vigilants!

Soyez vigilants!

Soyez vigilant concernant l’alimentation et l’entraînement du cheval en croissance!

Les lamelles retrouvées dans les sabots des chevaux ne sont pas entièrement développées avant l’âge de 4 à 5 ans. Importantes pour l’absorption des chocs, si elles sont endommagées, la douleur sera présente et peut même conduire parfois jusqu’à la fourbure.

Bref, il est essentiel de porter une attention particulière à l’alimentation et à la façon d’entraîner le jeune cheval afin de lui éviter des problèmes de pieds dans le futur.

Misez sur une ration bien équilibrée et un apport adéquat en minéraux et vitamines.

De bons alliés pour la formation et la qualité des sabots de vos futurs athlètes :

Supplément de minéraux et vitamines 6-3 Liberté ou 16-10 Liberté.

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

L’importance de la condition de chair lors de la mise-bas

L’importance de la condition de chair lors de la mise-bas

L’état de chair est un critère très important à surveiller chez toutes les espèces, particulièrement dans la période qui entoure la mise-bas. Généralement, l’état de chair est évalué selon une échelle de 1 à 5. Les différentes cotes sont les suivantes, 1= squelettique, 2- mince, 3= moyenne, 4= grasse, 5= obèse. Noter bien que l’état de chair idéal varie selon le stade de production de l’animal.

Brebis :

Maintenance ou tarissement : 2 à 2.5

Période de reproduction : 3 à 3.5

Début à milieu de gestation : 2.5

Fin de gestation : 3

Agnelage : inférieure à 3.5

Allaitement : 2

Les endroits à visualisés afin de définir la cote de chair de l’animal sont dans le tableau 1.

Chèvre (voir tableau 2):

Les plus importants sont le tarissement, la mise bas et le pic de lactation.

Tarissement : supérieure à 2.5 et inférieure à 3.5

Mise-bas : supérieure à 2.75 et moins de 3.5

Pic de lactation : supérieure ou égale à 2.5

Réf : Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario

Tableau 1.

Réf : Agri-réseau, la semaine vétérinaire juin 2013

Tableau 2.

Réf : Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Lactoremplaceurs

Lactoremplaceurs

Il arrive bien souvent des situations fort imprévues qui nous obligent à trouver des solutions rapides et efficaces. Tel est le cas lorsqu’il y a des problèmes à la mise-bas et que l’on se retrouve avec des orphelins à nourrir ou dans le cas de naissances multiples ou tout simplement lorsque la mère n’a pas les capacités laitières suffisantes pour répondre aux besoins du nouveau-né. Il faut alors penser à d’autres voies pour l’alimentation lacté. Les laits de remplacement, aussi appelés lactoremplaceurs, en sont une très bonne alternative.

Vous êtes face à l’une ou l’autre de ces situations, parlez-en à votre distributeur le plus près.

Chez Nature Bélisle, vous trouverez des laits de remplacements formulés spécifiquement pour chaque espèce. Que ce soit pour un porcelet, un chevreau, un agneau, un poulain, un veau, un chiot ou un chaton, tous y trouveront leur compte. Ces lactoremplaceurs constituent une combinaison d’ingrédients de haute qualité qui fournit une alimentation équilibrée, optimisant la croissance et le bien-être des jeunes animaux. Ces laits se rapprochent étroitement, dans leur composition, au lait de la mère de l’espèce pour lequel il est formulé et favorisent une saine digestion.

Ces aliments d’allaitement, de préparation facile, sont présentés sous forme de poudre qui sera mélangée à l’eau par l’éleveur. Les directives de préparation sont très bien inscrites sur l’étiquette ou sur la fiche technique du produit et il est important de les suivre méticuleusement.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de conseils à ce sujet!

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Le colostrum chez les agneaux, une nécessité!

Le colostrum chez les agneaux, une nécessité!

Pour l’agneau, le colostrum a vraiment une double fonction bien significative. En plus de lui offrir les anticorps qui lui permettront de faire face aux agents infectieux de l’environnement, il est pour l’agneau, une source importante d’énergie.

Comparativement au veau ou au chevreau, l’agneau naît avec très peu de réserves énergétiques appelées «graisses brunes» et est alors très fragile à l’hypoglycémie et l’hypothermie. Dans les cas d’hypothermie modérée on parle d’une température rectale inférieure à 38°C et de moins de 37°C pour les cas d’hypothermie sévère.

Pour maintenir sa chaleur corporelle, l’agneau brûle ses réserves d’énergie. Le colostrum, riche en matières grasses, devient alors le carburant qui lui aide à se réchauffer et compenser ce manque de réserves. Sans colostrum, les faibles réserves de l’agneau ne lui permettent pas de maintenir sa température corporelle très longtemps et ne lui assurent une survie que de 6 à 10 heures, selon la température ambiante, les courants d’air et le poids de l’agneau à sa naissance. 

Ce problème de manque d’énergie est l’une des principales causes de mortalité postnatale chez les agneaux âgés de moins de 3-4 jours (Dennis, 1974, Johnston et al., 1980, Cloete et al., 1993). Certains affirment que les cas d’hypothermie représentent 25 à 50% des mortalités néonatales.

Choisir un environnement sec et sans courant d’air lors de l’agnelage tout en favorisant un apport le plus rapidement possible en colostrum de qualité permet à l’agneau de mieux lutter contre l’hypothermie et lui aide à préserver sa vitalité.

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Les poules et le froid, trucs et conseils

Les poules et le froid, trucs et conseils

Quand approche l’hiver, il est possible de remarquer que nos poules baissent leur production d’œufs. Il faut tout simplement s’assurer qu’elles ont les conditions nécessaires afin de poursuivre leur bonne production.

  1. Un abri bien aéré pour éliminer l’ammoniac et l’humidité, mais sans courant d’air. Il est bien important de prioriser un endroit sec et non humide. Vos poules supportent bien le froid mais non l’humidité.
  2. Un environnement propre. Fournir une bonne litière bien sèche avec un secteur plus douillet comme de la paille afin qu’elles puissent s’y blottir par temps plus froid.
  3. Un minimum de 14 à 16 heures de lumière par jour, car la quantité de lumière stimule la production d’œufs. En automne, les jours raccourcissent donc l’installation d’un éclairage artificiel accompagné d’une minuterie vous permettra de leur assurer une période et une intensité de lumière suffisante pour ainsi palier à la tombée du soleil beaucoup plus hâtive en cette saison. Ne vous fiez pas simplement aux ampoules chauffantes rouges pour offrir la lumière requise. L’intensité de la lumière est aussi importante, par exemple, elle doit vous permettre d’être capable de lire un peu partout dans votre poulailler.
  4. De l’eau propre en tout temps et s’assurer qu’elle ne gèle pas.
  5. Et bien entendu, mettre à leur disposition, une moulée de ponte bien équilibrée pour répondre à leurs besoins.

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Quelle mangeoire choisir

Quelle mangeoire choisir

Il existe plusieurs types de mangeoires qu’on peut utiliser pour nourrir les oiseaux, voici donc dans quelle circonstance elles ont leur avantage.

La mangeoire Plateforme:

C’est la plus simple, c’est en fait un simple plateau sur lequel les oiseaux se posent et se nourrissent. Les graines sont facilement accessibles et la plateforme est facilement nettoyable. Cette mangeoire attire un grand nombre d’espèces d’oiseaux car elle répond à leur réflexe naturel qui est de se nourrir au sol. Il y a bien entendu un inconvénient à ce type de mangeoire, les graines de sont pas à l’abri des intempéries.

La mangeoire à plateau:

Elle peut être suspendue ou fixé à un poteau. Elle possède un contenant permettant de recueillir une bonne quantité de graines et celles-ci descendent graduellement sur un plateau où les oiseaux peuvent s’installer pour manger. Elle est bien aimée par les mésanges et les roselins entre autre.

La mangeoire à silo :

L’aspect pratique de ce modèle est qu’il peut contenir presque tous les formats de graines, du tournesol jusqu’aux particules de maïs. C’est une mangeoire que l’on doit suspendre et qui possède des perchoirs. Les oiseaux qui aiment se percher pour se nourrir apprécieront donc ce modèle.

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Attirez les oiseaux dans votre jardin

Attirez les oiseaux dans votre jardin

Voici ce qu’il vous faut!

Trois éléments sont essentiels afin d’attirer les oiseaux dans votre cours: abri, eau et nourriture.

Si ce n’est pas déjà le cas, il vous faudra quelques arbres et arbustes dans votre jardin. En plus de protéger contre les prédateurs et les intempéries, les plantes sont une source indirecte de nourriture puisqu’il est possible d’y retrouver des insectes, des graines et parfois de petits fruits. Il vous faudra aussi un point d’eau. Celui-ci peut être simplement un petit bain acheté dans un magasin grande surface. L’important est de changer l’eau assez régulièrement afin qu’elle reste propre; les oiseaux ne l’utiliseront pas si elle contient trop de débris provenant des arbres par exemple.

Finalement, une mangeoire pour les oiseaux granivores est de mise. Il faudra la placer à une hauteur sécuritaire pour les oiseaux et changer les graines si elles ne sont pas consommées après quelques semaines. Consulter notre site internet pour la gamme de produits pour oiseaux sauvages, vous y trouverez une belle sélection de graines et mélanges pour tous vos besoins.

Vous pouvez aussi ajouter des nichoirs dans votre jardin si vous souhaitez voir de petits oisillons s’envoler au début de l’été. Il vous faudra alors vérifier les dimensions et besoins nécessaire selon l’espèce que vous souhaitez voir dans votre cours. Et n’oubliez pas de garder minou dans la maison!

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Abreuver les oiseaux en hiver

Abreuver les oiseaux en hiver

Si vous nourrissez les oiseaux, il ne faut surtout pas oublier de leur fournir une source d’eau. Surtout en hiver car il n’est pas facile pour eux de se trouver de quoi boire.

Pour ce faire, placer un récipient avec de l’eau près de vos mangeoires. Assurez-vous d’aller vérifier régulièrement qu’elle n’est pas gelée et la changer. Les oiseaux apprécient grandement un apport en eau. S’il n’est pas possible pour vous d’aller régulièrement vérifier celle-ci vous pouvez utiliser un élément chauffant pour éviter que l’eau gèle.

Il est bien important de ne rien ajouter à l’eau des oiseaux, pas de sel ni rien d’autre. Il est préférable d’aller voir plus souvent pour ne pas qu’elle gèle plutôt que d’y inclure un additif qui retarderait le gel. Cela pourrait causer beaucoup de mal aux oiseaux.

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net

Le sélénium à ne pas négliger

Le sélénium à ne pas négliger

Son rôle antioxydant fait du sélénium un nutriment extrêmement important pour les chevaux de performance, de loisir, les poulains et les juments poulinières…

Le sélénium (Se) est un minéral essentiel dans l’alimentation du cheval parce qu’il ne peut être synthétisé par l’organisme mais qu’il lui est indispensable. Il fait partie de ces oligo-éléments requis en petites quantités mais dont les bienfaits demeurent incontestables pour l’équilibre physiologique.

Ses fonctions biologiques sont nombreuses

Le sélénium est un antioxydant puissant qui protège l’intégrité des membranes cellulaires. Il joue un rôle dans la régulation des hormones thyroïdiennes. En collaboration avec la vitamine E, il renforce le système immunitaire et atténue les effets du stress intense… Chez les humains, des recherches relient même le sélénium dans l’alimentation à une diminution des risques de cancer. Donc, en résumé, le sélénium est un grand protecteur pour votre cheval, particulièrement dans les cas d’activités physiques intenses et prolongées. Il minimise les dommages oxydatifs imposés aux tissus du système respiratoire et des muscles soumis à l’exercice.

Offrez au cheval des quantités adéquates de sélénium

Bien que cet élément fût longtemps reconnu comme un nutriment toxique, on le considère maintenant dans l’alimentation du cheval pour ses bienfaits. Les cas de carences sont malheureusement fréquemment rencontrés. Ils se manifestent souvent par la maladie du muscle blanc chez le jeune poulain et ce, particulièrement dans nos régions de l’Est canadien, où les sols sont très pauvres en Se (inférieur à 0,05 – 0,08 mg/kg). Par conséquent, les pâturages et les fourrages produits sur ces terres en sont le reflet. Ils se doivent alors d’être supplémentés en sélénium afin de pallier leurs déficiences.

Il est à noter que la teneur en sélénium des sols varie beaucoup selon les zones géographiques. Dans l’Ouest canadien, les sols sont plus riches en sélénium que dans l’Est et les supplémentations alimentaires se doivent d’être surveillées de très près pour éviter toute intoxication. D’un point de vue nutritionnel, la prudence s’impose donc car la fenêtre de sécurité est très étroite entre les exigences alimentaires minimales et les niveaux de toxicité.

Au Québec, les cas de toxicité dérivent plutôt d’une surdose occasionnée par l’utilisation simultanée de plusieurs aliments commerciaux contenants au départ des niveaux adéquats en sélénium mais dont l’apport cumulatif excède les seuils recommandés. Prenez le temps de lire l’étiquette des moulées et suppléments qui complètent la ration fourragère de votre protégé. Un ajout de sélénium dans la ration est bénéfique pour la santé du cheval mais il faut éviter de croire, avec toutes nos bonnes intentions, qu’un ajout supérieur aux recommandations multipliera les bénéfices. On risque alors la toxicité et de graves problèmes de santé pour le cheval.

Gardez en mémoire que le sélénium est indispensable de 0,1 à 0,2 ppm (mg/kg de matière sèche ingérée) mais peut devenir toxique au-delà de 2 à 5 ppm.

Les besoins en minéraux des chevaux varient en fonction de leur niveau d’activité et de leur stade physiologique (croissance, gestation, lactation). Les chevaux soumis à des exercices intenses peuvent parfois bénéficier d’un apport en sélénium légèrement supérieur au 0.1 ppm recommandé par le NRC. Cette stratégie serait avantageuse dans les conditions extrêmes de stress comme lors d’un exercice intense ou dans le cas d’une jument gestante ou allaitante.

Sélénium: inorganique ou organique

La forme inorganique du sélénium, plus spécifiquement le sélénite de sodium, est la plus couramment utilisée. Pour sa part, la forme dite organique est celle dont le sélénium est lié à un composé organique comme par exemple un acide aminé (ex : sélénométhionine). Celle-ci est reconnue pour être absorbée plus efficacement. Contrairement aux formes inorganiques, elle peut être entreposée dans l’organisme pour des utilisations futures. Elle permet ainsi au cheval de se constituer des réserves pour les périodes de stress telles que le poulinage, les maladies et l’exercice intensif.

Une étude chez les juments poulinières supplémentées en sélénium organique 55 jours avant et 8 semaines après le poulinage démontre des niveaux de sélénium (figure 1) et d’anticorps (figure 2) plus élevés chez leurs poulains. Le sélénium organique est bien transféré de la mère à sa progéniture, par le placenta, le colostrum et le lait. Le système immunitaire du poulain bénéficie alors de ses avantages ce qui minimise grandement les risques de dystrophie musculaire. Au cours de cette même étude, l’expulsion du placenta chez la jument est deux fois plus rapide lorsque celle-ci est supplémentée avec 3 mg de sélénium organique (figure 3). Les bénéfices du sélénium organique sont aujourd’hui bien établis.

En résumé, le sélénium est un nutriment vital pour le cheval. Ne le négligez pas! Des apports qui comblent les besoins de votre protégé, sous une forme plus assimilable telle que le sélénium organique, veilleront avec vous sur son bien-être et sa santé tout en optimisant ses performances.

Bibliographie disponible sur demande

Nature Belisle

196, Chemin des Patriotes

St-Mathias-sur-Richelieu, Québec CANADA J3L 3S3

Tél.: 450-658-8733

Sans frais: 1 800 361-7082

comptoirsnature@belisle.net