LA VITALITÉ, POUR UN BON DÉPART!

COLOSTRUM

par Sophie Gauthier, agr
Directrice générale

Le colostrum : un premier repas essentiel!

Une fois que la mise-bas a eu lieu, le premier aliment qui saura être bénéfique pour le nouveau-né et qu’il ne doit surtout pas en être privé, n’est nul autre que le colostrum. On le qualifie parfois d’or jaune dû à sa coloration jaunâtre et les propriétés exceptionnelles qu’on lui confère.

Avant la mise-bas, la femelle produit un premier lait de consistance plus crémeuse et particulièrement très concentré, riche en vitamines, matières grasses, et protéines dont entre autre les immunoglobulines (anticorps), c’est le colostrum. Ce premier lait, en plus d’être nutritif et laxatif, permet un transfert immunitaire de la mère au nouveau-né et assure une meilleure immunité pendant les premiers jours de la vie.

En fait, à sa naissance, l’animal n'a pas de défense immunitaire efficace et ne possède pas d’anticorps. Les immunoglobulines ne sont pas transférées de la mère au fœtus par le placenta au cours de la gestation. Alors pour faire face aux contaminants (virus, bactéries) de l’environnement, le nouveau-né doit se procurer des réserves d’immunoglobulines et le colostrum est pour lui, la seule façon de se constituer une protection. C’est de cette façon que la mère transfère une immunité passive à sa progéniture en lui transférant des anticorps maternels via le colostrum.

Toutefois, le système gastro-intestinal du nouveau-né permet le passage de ces immunoglobulines dans le sang, de façon optimale, seulement durant les 12 premières heures de vie. C’est un peu une course contre la montre, car passé ce délai, la paroi intestinale devient de moins en moins perméable aux immunoglobulines. Après 24 heures de vie, le nouveau-né perd presque complètement son habileté à absorber ces anticorps maternels.

Tableau 1. Absorption des anticorps après la naissance

Image \u002D TabGenisse.jpg

Il est donc indispensable de prioriser la consommation d’un colostrum de qualité dans les premières heures de vie. On recommande bien souvent dans les 6 heures qui suivent la naissance. Pour les veaux, on parle de 2 à 4 litres dans les 2 premières heures de vie et au moins 6 litres pour les 24 premières heures. Pour les chevreaux et les agneaux, c’est entre 200 et 400 ml. Pour toutes espèces confondues, on suggère une consommation de colostrum équivalente à environ 10% du poids vif de l’animal et ce le plus tôt possible après la naissance.

En plus d’être consommé en quantité adéquate, le colostrum se doit aussi d’être de qualité. Sa qualité peut être variable d’une mère à l’autre. L’usage d’un colostromètre ou d’un réfractomètre nous permet de valider la qualité du colostrum produit pour le nouveau-né. Cette qualité est en fait fonction de la concentration en anticorps.

Image \u002D GraphQualite.jpg

Certaines études démontrent également de façon significative qu’une supplémentation en sélénium organique chez la vache gestante et en début de lactation se traduit par une concentration de sélénium également plus élevée dans le colostrum et le lait qu’elle produit. Le tout se traduisant par un niveau sérique de sélénium chez les veaux lui aussi plus important comparativement aux sujets n’ayant pas eu de supplémentation en sélénium organique.

Image \u002D GraphC1.jpg

Chez les poulains, on observe aussi un niveau de sélénium et des taux d’anticorps plus élevés chez ceux dont la jument recevait du sélénium organique dans sa ration avant et après le poulinage. Il en résulte des poulains plus vigoureux et résistants aux maladies.

Image \u002D GraphC.jpg

Des niveaux adéquats en sélénium chez les nouveau-nés, c’est leur offrir une meilleure résistance du système immunitaire contre les maladies infectieuses et diminuer les cas de dystrophie musculaire. Choisissez pour les femelles gestantes et en début de lactation de votre élevage, des minéraux bien équilibrés et dont la forme de sélénium offerte est 100% sous forme organique. Les produits Nature suivants sont d’excellentes propositions pour cette période de vie si importante :

Minéral 16-10 et 6-3 Liberté

Minéral vêlage SY

Minéral Caprin 16-6

Minéral Ovin 7-3 SY

En résumé, le transfert de l’immunité de la mère au nouveau-né est fonction de la qualité du colostrum, la quantité ingérée et la précocité de l’ingestion après la naissance. Il demeure impératif que tous ces critères soient bien rencontrés pour permettre au nouveau-né d’acquérir l’immunité nécessaire à le protéger. Le colostrum est un peu comme l’assurance vie d’un nouveau-né vigoureux et résistant aux maladies.

Assurez-vous qu’il soit de bonne qualité pour une meilleure protection!